Actualités de Mario Prassinos

page précédente

Exposition à la galerie La Hune-Brenner ( 6 - 22 avril 2006)

Vous pouvez consulter les estampes présentées à la galerie la Hune-Brenner
en passant votre pointeur sur l'estampe choisie:

  • 1-   les deux vaches, 1950, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 33 x 44cm
  • 2-   le veau, 1950, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 32 x 42cm
  • 3-   deux vaches, 1950, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 45 x 54,7cm
  • 4-   vaches et taureau, 1950, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 32 x 42cm
  • 5-   le merle, 1951, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 28,5 x 38cm
  • 6-   corbeau, 1951, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 45 x 57,5cm
  • 7-   corbeau, 1951, monotype, 47,5x 63,5cm
  • 8-   corbeau chinois, 1951, éd. Pierre Vorms, atelier R.Haasen, 56,5 x 38,5cm
  • 9-   les astres, éd. L'Œuvre Gravée, Zurich, atelier R.Haasen, 39 x 53,5cm
  • 10- composition abstraite, 1956, éd. Galerie de France, atelier Haasen, 39 x 53,5cm
  • 11- la lune dans l'arbre, 1958, éd. L'Œuvre Gravée, Zurich, atelier Haasen, 76 x 56cm
  • 12- lianes, 1959, éd. L'Œuvre Gravée, Zurich, atelier Haasen, 76 x 56cm
  • 13- l'arbre, 1962, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 76 x 56cm
  • 14- Bessie, 1962, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 32,5 x 25,5cm
  • 15- automne, 1962, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 56 x 76cm
  • 16- nuit de l'eau, 1964, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 76 x 56cm
  • 17- la vague, 1964, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 56 x 76cm
  • 18- bouquet, 1964, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 76 x 56cm
  • 19- Prétextat, 1966, lithographie, éd.Galerie de France, atelier Desjobert, 32,5 x 25cm
  • 20- jardin la nuit, 1969, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 76 x 56cm
  • 21- les trois P., 1972, sérigraphie, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 33 x 50,5cm
  • 22- triptyque Prétextat vert-jaune-rouge, 1972, éd. Lapara, atelier Castelli, 50 x 64,5cm
  • 23- hommage à Fellini, 1972, éd. del Cinquale, atelier Lacourière et Frélaut, 70 x 50m
  • 24- nuit marine, 1972, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 76 x 56cm
  • 25- Prétextat noir-blanc, 1973, sérig., éd. M.Prassinos, atelier Castelli, 65 x 50cm
  • 26- suaire, 1974, éd. M.Prassinos, atelier Lacourière et Frélaut, 40 x 30cm
  • 27- calan, 1975, éd. Lacourière, atelier Lacourière, 54 x 90cm
  • 28- Alpilles vert d'eau, 1977, éd. galerie de France, atelier Lacourière et Frélaut, 56 x 76cm
  • 29- Alpilles brun-rouge, 1978, éd. galerie de France, atelier Lacourière et Frélaut, 56 76cm
  • 30- l'oiseau et la fleur, 1978, sérigraphie, éd. M.Prassinos, atelier Dupertuis, 50 x 63cm
  • 31- l'arbre seul, 1980, éd. Sté Peintres Graveurs Français, atelier Lacourière, 50,5 x 66cm
  • 32- l'instant qui va, 1985, éd. Folle Avoine, atelier Lacourière et Frélaut, 33 x 25cm

MARIO PRASSINOS
gravures et sérigraphies
1950 . 1985

images ©Andrélis-Rye adagp Paris 2006

 

 

 
Textes de l'invitation

 

Après un premier essai de gravure sur bois, notamment pour Olympe et ses amis de Francis de Miomandre en 1937, et La fin de la nuit de François Mauriac en 1938, c’est dans l’atelier de Raymond Haasen puis dans celui de Roger Lacourière que Mario Prassinos s’initie à la gravure sur cuivre. Ce sont ces deux ateliers qui imprimeront toutes ses gravures à partir de 1942, date du début de son travail d’illustrateur pour les éditions Gallimard où il rencontre Albert Camus, Raymond Queneau et Jean-Paul Sartre dont il illustrera plusieurs livres.
Premières expositions de ses gravures à la galerie-librairie La Hune à Paris. Il réalisera aussi dans les années soixante une série de gravures pour la maison d’édition zurichoise L’Œuvre Gravée.

 

Et l’autre mode d’expression est la gravure, plus exactement son genre supérieur : l’eau forte. Il me semble qu’il y a entre les Arts et les sports des analogies incontestables… La gravure : la course à pied, ou plutôt la trace des pas sur le sable ou la cendrée.
Prassinos a toutes les qualités de cet athlétisme. Sa foulée est sûre, son rythme pur, sa technique sans bavure…

Raymond Queneau, texte de présentation pour les gravures de Mario Prassinos exposées à la galerie La Hune en 1946 (extrait), ©succession Raymond Queneau.

 

"La première grande réalisation de Prassinos a été l'illustration de L'Instant fatal de Raymond Queneau, en 1946.
Ses incursions dans le domaine de la gravure, cependant, ne s'arrêtent pas là. Il gravera sa vie durant, et je dirais que tout l'y portait dans sa peinture : le noir et blanc caractéristique de presque toute son œuvre picturale, le jeté de petites gouttelettes auquel il réduira progressivement son intervention sur la toile, la concision du trait qui semble mordre le papier et à quoi on reconnaît son dessin."

Jean-Louis Ferrier, Prassinos et la gravure, 1986. Bibliothèque Nationale, Société des peintres graveurs français (extrait) ©succession Jean-Louis Ferrier.

 

 

   

page précédente

 

 

 

 

 

 

 

 

tous documents © CAMP-ADAGP Paris, 2013